Accueil Structures Clubs loi 1901 Responsables de Clubs
PDF Imprimer Envoyer

Président de club, mon ami, si tu savais…

 

 

Tu penses être un ''bon'' Président de club ULM. D'ailleurs, toute cette activité autour de ''ta'' base, toutes ces machines qui virevoltent comme des papillons autour d'une lampe, tous ces baptêmes qui font du bien à la trésorerie du club, n'est-ce pas à TOI qu'on le doit ? N'est-ce pas TOI qui dépenses sans compter ton temps, ton énergie et souvent ton argent pour que tout ce petit monde prenne son pied ? Toutes ces heures passées au téléphone, en réunion avec la mairie, ces heures que tu voles à ta famille, c'est bien pour faire marcher le club, non ?!!


Bon, soyons franc, au départ, tu n'avais pas vraiment choisi d'occuper cette fonction. Et comme personne n'en voulait, il a bien fallu que tu te dévoues.


Tu as pris le club en mains, c'est tout juste si tu as encore le temps de voler…mais le résultat est là : des hangars qui refusent du monde, une machine club à disposition des membres, un meeting annuel, on baptise les piétons à tour de bras sur tout ce qui vole, et tu as en projet de tripler la surface des hangars, c'est chouette !


Oh, bien sûr, tout n'est parfait, alors tu fais de ton mieux, et tu as la conscience tranquille. On n'est pas là pour se prendre la tête, pas vrai ?


Pourtant, tu penses que ce serait mieux si les pilotes, au lieu de tourner comme des mouches, étaient un peu plus disciplinés et respectaient le vague tour de piste que tu as défini un jour, il y a longtemps, sur une nappe en papier. Mais puisque l'ULM, c'est la liberté, chacun fait ce qu'il veut, tu t'en laves les mains !


C'est comme la machine du club : tu as trouvé le moyen de la financer, les pilotes qui l'utilisent n'ont qu'à se débrouiller entre eux pour l'entretenir et la faire voler.. Ils doivent s'assurer, c'est leur problème, tu l'as déjà dit, ce n'est plus ton problème !...


Et ce pilote qui paye ses heures de vol en baptisant tout piéton qui passe à proximité du club… sa machine n'est pas des plus ''clean'', le pilote s'autorise quelquefois des fantaisies, mais comme il reverse une partie au club, c'est bon pour les finances, et tu laisses faire.

Et pourtant, si tu savais …

Si tu savais qu'en cas de problème, ta bonne conscience ne pèsera pas bien lourd devant un Tribunal..


C'est à TOI que l'on reprochera aussi de ne pas avoir mis en place des règles de circulation autour de la plate-forme, si deux machines se heurtent en vol au dessus de la piste !


C'est TA RESPONSABILITE que l'on viendra rechercher aussi si un visiteur va au tapis avec ton pilote baptiseur (celui que tout le monde appelait affectueusement 'Banzaï') et sa poubelle volante !


C'est encore TOI qui devra répondre de l'état lamentable de la machine-club, qui s'est plantée en bout de piste sur incident mécanique, avec un pilote qui n'avait pas renouvelé son assurance !


Quant aux pratiques financières du club un peu douteuses, le fisc va bientôt s'en occuper…


Toutes ces situations sont issues de faits réels, rien n'a été inventé. On pourrait multiplier les exemples à l'infini. Est-ce bien nécessaire ?

Ça y est, à la fédé, ils tournent à la paranoïa aiguë…

Cette longue introduction un peu parano n'a pas pour but de t'envoyer tout droit vers l'animation d'un club de tricot, réputé moins risqué, mais simplement de faire prendre conscience que la fonction de Président de club est assortie de responsabilités auxquelles on ne peut échapper, même si on en ignore l'existence.

Alors que faire ?

Ton rôle de président t'oblige à respecter les lois et règlements. Mais tu as aussi un devoir moral qui va plus loin que la seule application des textes. C'est celui de tout mettre en œuvre afin que la pratique de l'activité en général, que ce soit au sol ou en vol, se déroule dans les meilleures conditions de sécurité pour tous, membres ou non de ton association.


En cas de problème, un Tribunal te reprochera ta négligence, ton laxisme, ton ignorance des règles élémentaires de sécurité, le pire étant de transgresser volontairement les lois et réglementations.


Au contraire, si tu es capable de prouver que tu as fait le maximum pour prévenir les accidents, que tu as mis en place une solution pour pallier à tous les problèmes potentiels connus, ta cause est déjà plus défendable.


Il n'est pas question de dresser une liste complète de tout ce que doit faire un Président pour bien remplir sa mission. Ce serait de toutes façons incomplet et rapidement dépassé. Il est préférable de mettre en pratique quelques règles de conduite simples, de celles qui sont enseignées en vue de la préparation au C.A.P. de Bon Sens.


S'informer. Il existe en librairie quantités d'ouvrages traitant de la façon d'animer un club. Va voir les autres clubs, questionne, regarde, lis la presse spécialisée, et vois ce qui au club peut être amélioré. La revue ULM Info et les pages fédérales sont conçues pour apporter de l'information pratique, concrète.. Il faut les lire et les conserver, tout ce qui est dedans doit te servir.


Décider. Tu es le Président, tu ne dois pas fuir tes responsabilités et obligations. Si tu penses qu'une mesure est bonne pour la sécurité, tu dois la prendre. Si tu ne veux pas décider seul, ton Comité Directeur est là pour t'appuyer. Et bien sûr, tu fais connaître tes décisions.


Écrire. Et la première chose à rédiger, puis à mettre à jour, c'est le Règlement Intérieur. La partie 'Sécurité' sera particulièrement travaillée : sécurité des vols, sécurité au sol, protection des visiteurs, etc…. Décrire également les procédures mises en place lorsqu'elles touchent à la sécurité (exemple de la machine-club : qui l'entretient, comment, selon quelles règles…).


Informer. Il ne faut pas hésiter à diffuser largement le Règlement Intérieur, en afficher des extraits sur les tableaux d'affichage, prévoir des sanctions en cas de non-respect. Rappeler aux pilotes leurs obligations administratives (licence, carte d'identification, assurance), les sensibiliser sur leurs propres responsabilités, les inciter à avoir un comportement responsable. Ne pas hésiter à faire sanctionner, ou même exclure par le comité directeur , un pilote au comportement dangereux.

Et si, malgré tout cela, il arrive un problème ?…

Et malgré ta vigilance, il est arrivé un malheur...


Le contrat d'assurance fédéral couvre en Responsabilité Civile, Défense et Recours, les dirigeants de clubs fédéraux régulièrement affiliés pour tous les dommages résultant de l'exercice de l'activité du club.

Cela signifie que le club doit avoir fait la démarche de s'affilier. La procédure est très simple, et en plus elle est gratuite. Les dossiers sont fournis sur simple demande au secrétariat fédéral.


Quelquefois, on croit l'avoir fait dans le temps, par un précédent président qui en avait vaguement parlé… mais rien n'a été fait. Chaque club doit vérifier qu'il est effectivement affilié.


L'affiliation doit aussi être entretenue. En effet, les clubs se créent et se défont plus rapidement qu'on ne peut l'imaginer. Le secrétariat fédéral a passé un temps et une énergie phénoménales pour reconstituer un fichier des clubs qui soit représentatif. Si l'on ne met pas à jour cette information, tout sera à refaire !..

Il faut donc, après chaque Assemblée Générale, envoyer au siège de la fédération une copie du procès-verbal des délibérations mentionnant les modifications intervenues au Comité Directeur du Club. Cette mise à jour régulière nous permettra de mieux informer les clubs et leurs dirigeants, en adressant les infos aux personnes réellement concernées.
En guise de conclusion…

Notre activité bénéficie d'une réglementation allégée autorisant une liberté à laquelle nous tenons tous. Cette situation ne peut durer qui si tous les acteurs de l'ULM acceptent de prendre leurs responsabilités. Parmi eux, les Présidents ont un rôle majeur à jouer.

Président, mon ami, à toi de jouer…

JPR
17/03/04